19 avril 2014

Illmatic.

L'un des disques que j'ai le plus écouté ces vingt dernières années à tout juste vingt ans, justement, jour pour jour.
Pas grand chose d'autre à dire, en fait ; je voulais juste marquer le coup, il n'y a pas beaucoup de disques qui ont autant tourné dans mes oreilles, à l'époque comme aujourd'hui.
That's it.

11 avril 2014

BD à Bastia, trip en Balagne... tiens ça me dit quelque chose...

J'ai l'impression de poster à chaque fois la même chose. Comment ça, "nous aussi" ? Eh oh, ça va hein.
Semaine dernière : nouvelle équipée ChiFouMi pour la nouvelle édition de BD à Bastia : des ateliers pédagogiques, et une nouvelle édition publique de notre exercice collaboratif sous contraintes, "La Boucle ChiFouMi", avec un résultat édité sous forme de fanzine dans la foulée, parce qu'on est pas là pour déconner (bientôt toutes les explications sur le site de ChiFouMi).
A l'issue des rencontres, virée en Balagne, et là : purification des poumons, des oreilles et des pupilles, jogging dans le maquis, points de vue de fou, rencontres inattendues... La Balagne, quoi.
More soon, indeed.

Sur la route d'Olmi-Cappella.

"La Boucle ChiFouMi", en pleine action : 30 minutes de création collective sous contraintes avec 24 auteurs !

Vue sur l'est depuis notre terrasse de Novella...
 

...et vue à peine plus au nord, depuis la même terrasse.
 

Pour la Boucle, Fumio Obata devait imaginer un personnage...
Mon vieux pote Glen Baxter, on a fait notre CM1 ensemble.
 

La Balagne.

Bestiole typique de Saint-Florent, Haute-Corse.
Notre havre de paix à Novella, merci Adeline et Denis !



La baie de Saint-Florent, à la base du Cap Corse, avec Charloutte en tout petit.

Vandalisme troglodyte style.

Je suis allé courir là-dedans...
...c'était pas mal.
 

Envergure > 5 pigeons bisontins.

Je sais pas si c'est le ruisseau de Prunelli, de Bavoso, de San Giorgio, ou si c'est l'Ostriconi...

Figue de Barbarie bientôt mûre.
Baskets de type sportif, nom de dzouss.


Fumio Obata, Nick White durant La Boucle ChiFouMi.

Rencontre avec les anglais : Paul Gravett animait aux côtés de Glen Baxter, Ben Newman, Viviane Schwarz, Nick White, INJ Culbard, Glyn Dillon, Karrie Fransmann...

La Boucle encore.

Le sommaire du fanzine réalisé à la suite de la session collective.

Médaille Fields au restaurant (vue de dos).
Les planches originales de La Boucle ChiFouMi.


"La Boucle ChiFouMi à Bastia", dispo sur demande pour les gens sympas.

26 mars 2014

De la neige et d'autres trucs

Le weekend dernier, au programme, c'était neige dans le Haut-Jura. Du calme, de la tranquillité (y'a moins de relous que dans les stations des Alpes, c'est loin d'être un maigre avantage), un peu de glisse, de belles ballades, des lacs gelés... Bueno bueno.




Et puis une fois de plus, les bonnes choses, qui ont toujours une fin, devaient laisser la main à d'autres choses. L'agenda est chargé, les choses se suivent et n'arrêtent pas ; du boulot, plein.
Donc peu de trucs à poster.

Et sinon ?

• eh ben :


• la charmante Flore m'a invité à rejoindre la chouette team de curieux-des-esgourdes du côté de son site : ça s'appelle La Cabine, j'y ai laissé une dizaine de titres sous la forme d'une playlist youtube, simple et funky mais pas seulement. Le site se monte petit à petit et on sent une grosse envie de partager tout plein de choses très diverses et très variées, alors j'ai dit oui, même si j'avais dit précédemment que je ne prendrais plus de temps pour ce genre de choses. Ponctuellement, who knows...

• j'ai maté la meilleure série de ces quelques dernières années.


On y reviendra, mais plus tard.

I'm out.

10 mars 2014

Virée à Cassis

Les weekends se suivent et se ressemblent : on se tire de Besac, on va fouiner ailleurs. A Cassis, en l'occurrence, durant trois courtes journées et sous un très, très beau soleil.

Cette fois c'était l'avenir du gros projet principal de l'association ChiFouMi qui était au centre de notre périple, et on espère bien pouvoir concrétiser de très, trèèèèès belle choses prochainement, mais... tout cela ne dépend pas que de notre simple volonté, et nous aurons largement l'occasion d'en reparler du côté du site de l'asso par exemple.

En attendant que les choses n'avancent, quelques photos tirés du sac, parce qu'un tel soleil à une telle période de l'année, c'est pas si courant pour nous autres franc-comtois en virée dans le sable... Bordel, j'ai même couru au tout petit matin sur la plage ! Et ça, c'est franchement cool.


La dite plage, avant que ma foulée de sportif de haut niveau ne vienne la saccager.

Cap Canaille en face, Cassis à gauche, depuis deux cailloux ma foi fort accueillants.




La route des Crêtes et ses multiples points de vue : des panoramas magnifiques, l'immensité de la flotte en face, le vertige total du contrebas. Nickel.

Best sunset in ages.

Allez, c'est reparti pour un tour.


2 mars 2014

Virée suisse, part. 87654653

Ok, on avait trois jours, alors on a enchaîné.

Une virée à Lausanne, direction le Musée de l'Art Brut où j'avais pas fichu les pieds depuis trop longtemps : comme à chaque fois, claque dans la gueule avec évidemment les pièces de la collection permanente (on y reviendra), mais également la très réussie exposition "Véhicules", dont le thème ne m'inspirait pourtant pas une énorme confiance, je dois bien l'avouer.


Grossière erreur, et claques en série, donc, avec les découvertes habituelles qui surviennent à chacun de mes passages de par là-bas.
Là, je dois bien avouer qu'entre quelques belles surprises, j'ai pris un gros pain dans l'œil avec notamment les boulots de Hidenori Motooka, et quelques exemples de sa série de trains. Bon, il y avait une quantité de choses magnifiques, mais je vais pas vous faire l'inventaire : l'expo est encore montrée deux mois, et il y a un excellent catalogue disponible, que je conseille vivement, au passage.



Comme à l'accoutumée, toutes les photos, toutes les vidéos du monde ne rendront jamais hommage aux magnifiques originaux qui occupent le Musée ( et nos esprits avec), hein.

Après ça, virée à Berne, ses ruelles presque familières désormais, ses boutiques de basket en solde (impecc), ses pizzas au mouton mariné et son Doudou emblématique.


Soirée surprise au Club d'Essai avec un live collectif de Bruno Spoerri (le type qui s'est fait sampler en loucedé par Jay Z. sur "Versus", rien que ça), Franz Treichler (des Young Gods) et Marco Repetto (le mec derrière le label Inzec, mais également ancien de Grauzone, avec les frangins Eicher ; mais, si vous, savez, "Eisbär"). Autant dire, pas le plateau qu'on trouve sous le sabot d'un cheval, mine de rien.




Le lendemain, hop hop hop, virée pour deux jours dans le Valais et ses hauteurs les plus emballantes, de Zermatt (au pied du Cervin, avec tous les "que c'est beau" que ça implique) à Ernen (avec des raccards aussi surprenants que ceux découverts à Zermatt, et Saint-George éclatant un dragon en guise de storytelling patrimonial ultime) (non moi non plus avant ce weekend je savais pas ce qu'est un raccard, hein).  J'ai plein de belles choses à raconter, mais comme j'ai plein de trucs en retard déjà sur le feu, je balance trois photos et je rentre dans ma maison.

Ernen, depuis le fenêtre de l'hôtel Alpenblick.

Le self-service version réfrigérée, selon les habitants de la vallée haut-valaisanne de Conches.

Zermatt.


blague à deux balles.

"Un tas de gravats déversé au hasard : le plus bel ordre du monde" Héraclite.


exemple de raccard, avec les fameuses pierres anti-rongeurs entre la construction et les pieds qui lui servent de base.

Le cimetière d'Ernen, de nuit.

Trebila & Youngster.

La suite bientôt...

15 février 2014

Angoulême 2014

Traditionnel photo-report : c'était ma foi une belle petite semaine charentaise.
Je ne compte plus mes festoches d'Anglouglou, mais celui-ci était particulier à bien des points.

D'abord, parce que je bossais, à donner un coup de main du côté de L'Apocalypse, qui compte depuis sa création encore toute fraîche parmi mes éditeurs contemporains favoris du moment, pas moins. J'étais donc à la fois flatté, mais aussi ravi de repartir d'Angoulême en ayant partagé la joie et la satisfaction d'une belle série de moments : d'abord une rencontre avec le grand Peter Blegvad, l'auteur du "Livre de Leviathan", paru à L'Apo il y a quelques mois, et qui est l'un des plus beaux livres que j'ai lu, toutes périodes confondues. Un livre marquant, une lecture excessivement singulière, et derrière tout ça, un auteur formidablement passionnant, un type intelligent et d'une drôlerie à tomber.
Le talent de Blegvad est une bénédiction pour ses/les lecteurs (et pour les gens qui ont écouté Slap Happy, Henry Cow ou ses projets solo/duo etc), sa rencontre et les quelques journées passées à ses côtés furent quelque chose de précieux, et j'en suis encore reconnaissant à Jean-Christophe Menu ainsi qu'à Clément Paurd (le cavalier de L'Apo de l'ombre) pour m'avoir généreusement fait partager tout ça.
Et pour couronner le tout, le bouquin en question est reparti avec un prix ! Des hectolitres de joie, pas moins. (d'autres tophs sur le site/blog de L'Apo ici et ).

Clément Paurd (L'Apocalypse, entre autres), moi, le chat en plastique.


Le grand Max, le grand Peter Blegvad, le grand Jean-Christophe Menu (et Clément derrière le stand).
Franquin !

Forest !

Calvo !

Clément, Peter à gauche, le grand Jean-Pierre Mercier à droite, notre guide dans ce déluge vertigineux d'originaux à tomber...

A part ça ?
Vu des tonnes de copines, de copains, passé peu de temps à claquer du blé (mais tout de même : ça reste Angoulême, bordel de merde), rencontré plein de gens chouettes, et, parce que c'était décidément une belle édition pour ma pomme, eu la chance de partager une visite "VIP" (beurk) des trésors enfouis au Musée de La Bande Dessinée, grâce à quelques belles personne officiant là-bas (il y en a quelques unes, visiblement) : série de grosses, grosses claques dans la gueule avec le nez sur des originaux de Bushmiller, de Forest, de Fred, de Franquin (une planche d'Idées Noires que j'ai recopié mille fois étant gamin ! Quel choc), et surtout, Calvo, dont la découverte des originaux peut s'avérer un véritable choc esthétique, et je ne déconne pas, les amis. Je ne déconne pas.
Et tant d'autres trucs complètement dingos ! Merci Jean-Pierre Mercier et Sébastien Bollut. Quel beau cadeau, que j'ai eu la joie de partager avec notamment Clément et Peter (deux types qui faisaient chacun deux fois ma taille à peu de choses près) et une poignée de gens qui sont tous repartis comme nous, des étoiles dans les yeux pour quelque temps...

Un beau début d'année, en fait ! Plein de belles choses, de belles surprises, de belles actions, de trucs imprévus qui s'invitent dans la joie et l'allégresse. Youpi, etc. Mais un emploi du temps bien trop court pour les multiples, multiples choses en cours. Et ça commence à peser...

La prochaine fois je vous parlerai des choses que l'on prévoit, avec ChiFouMi, autour de ce que sera la suite de Pierre Feuille Ciseaux, en commencant par notre projet estival à venir. Entre autres.
Allez. Salut.